Screenshot 2021-09-15 at 17.40_edited.jpg
Casot des Mailloles

Collioure

Il est des endroits qui inspirent la pensée divergente. Collioure, petit port de pêche calé entre mer et montagnes et entre France et Espagne, est de ceux-là : Matisse et Derain y inventèrent le Fauvisme au début du XXe siècle et le fief est aujourd’hui un des hauts lieux du vin nature dans l’Hexagone. Si vous ne connaissez pas la région, on ne peut que vous conseiller d’aller y faire un tour : la route des crêtes, entre Banyuls et Collioure, est magique. La topologie, les vins et l’état d’esprit des vignerons en font pour nous une version méridionale du Jura…

Alain Castex créa en 1994 le désormais mythique Casot des Mailloles et fit ainsi partie de cette première vague du vin vivant, avec Pierre Overnoy, Marcel Lapierre et Henri-Frédéric Roch.

Le micro-domaine de 3,5ha, fait de vertigineuses terrasses de schiste noir, est aussi vierge de chimie qu’il est coutumier du labeur manuel (pas de mécanisation possible ici). Dans les chais : levures naturelles, pas de filtration, pas de soufre mais surtout pas de déviance : nous suivons le domaine depuis longtemps, buvons fréquemment des bouteilles de 10 ou 20 ans d’âge et n’avons jamais eu à déplorer oxydation, souris ou autres maladies des vins nature mal faits. Des vins d’un paradoxe inouï : nature mais de grande garde, sudistes mais sans aucune lourdeur.

 

En 2015, Alain prend une retraite bien méritée et passe le bâton à Jordi Perez, qui relève avec brio le défi de la reprise et du développement du domaine. C’est un vin que nous avons cherché à importer parce qu’il est pour nous une évidence, nous l’adorons et le buvons beaucoup. N’hésitez pas à lui donner du temps en cave (ou de l’aération avant ouverture), il se bonifiera pendant au moins 10 ans.

Un domaine qui est, bizarrement, légendaire parmi un petit groupe d’amateurs pointus (dont certaines des plus grandes tables d’Europe, comme Noma, Celler de Can Roca,…) mais inconnu du plus grand nombre : nous espérons aider à changer cela, car c’est pour nous bien meilleur que beaucoup de vins nature aujourd’hui sujets à un culte spéculatif.

Vi Si Num (rouge) 2020 : cuvée emblématique du domaine, un assemblage de grenache blanc, noir et gris, Carignan blanc, noir et gris et du Mourvèdre. Vieilles vignes dans un vignoble enterrassé, très faibles rendements (10hl/ha), paturage hivernal de brebis . Raisins éraflés puis foulés avant une macération de 30 jours par infusion (pas d’extraction, donc). 8 mois d’élevage en vieux fût. Tout cela produit un vin d’un rare équilibre et finesse : sur les fruits rouges et les fleurs… ça pinote presque ! Une très grande bouteille qui nécessite 5 ans de vieillissement pour révéler son potentiel et plus pour arriver à son apogée. Un seul fût produit par an.

Soulà (rouge) 2019 : autre grand rouge du domaine. 50% Mourvèdre, 50% Grenache Noir. Viticulture, vinification et élevage similaires au Vi Si Num. Rendements de 10-15hl/ha. Surprenant de fraicheur et de digestibilité. Un magnum de 2010 bu récemment a bluffé tout le monde.

Le Blanc du Casot 2020 : Un blanc naturel de la côte méridionale de l’hexagone qui étonne par sa fraîcheur, sa complexité et sa capacité à vieillir (nous buvons fréquemment des bouteilles avec plus de 15 ans d’âge qui sont impeccables). Grenache gris et blanc, avec un peu d’ajouts de Vermentino et de Roussane. Très vieilles vignes (50 ans+). Nous sommes ici sur des notes de fleurs blanches, de pomme et d’épices. Une énergie et une fraicheur remarquables. Un des grands vins du Sud, dont les amateurs s'arrachent les vieux millésimes dès qu'ils apparaissent...

Obreptice : le « petit » blanc du domaine. 100% Vermentino, issue d’une arène granitique à 550m d’altitude. Elevage 6 mois en cuve inox. Frais et joyeux : une version « soir de semaine » du Blanc du Casot !