Domaine Marcoux

Châteauneuf du Pape

Cela fait un petit temps que nous cherchons un Châteauneuf qui nous parle vraiment. C’est moins facile que cela n’en a l’air : le réchauffement climatique a poussé beaucoup de producteurs sur des notes confiturées, lourdes et trop alcoolisées : des bouteilles que l’on ne finit pas. Mais les meilleurs ont su s'adapter et demeurent de Très Grands Vins de terroir, évoquant tout ce que le sud a de meilleur : garrigue, fruits rouges, épices, pins et lavande. La Provence dans le verre.


Un nom en particulier nous attirait : Marcoux, le domaine de la famille Armenier (aujourd’hui géré par Catherine, Sophie et son fils Vincent). Les Armenier font du vin à Châteauneuf depuis le quatorzième siècle. En 1975, ils arrêtent de vendre leurs raisins à la cooperative locale et lancent leur domaine. Le succès critique est presque immédiat, mais la recherche du mieux ne s’arrêtera pas là : passage en biodynamie en 1991, élevage affiné (principalement dans du béton et des foudres), travail des sols, réduction du soufrage, viticulture revue pour pallier au chaud… la Revue du Vin de France résume admirablement le caractère du domaine :


“Dirigé par Catherine et Sophie Armenier, le domaine de Marcoux s’impose au sommet des vins de l’appellation Châteauneuf-du-Pape. Il s’est orienté très tôt vers la culture biodynamique. Les vins possèdent un naturel et une profondeur rares, une énergie et une puissance de bouche qui ne s’appuient sur aucun artifice d’élevage. Ces grands vins classiques, marqués par l’empreinte des grenaches mûrs, vieillissent à merveille. Malgré de fortes maturités, toutes les cuvées ont trouvé leur équilibre et paraissent moins chaudes que par le passé. Les blancs s’imposent régulièrement parmi les plus beaux de l’appellation ; le travail des sols y est pour beaucoup. Les vins ont gagné en minéralité et en salinité. Année après année, le Lirac devient une valeur incontournable.”

 

Une dégustation avec Sophie Armenier fin juillet fut une révélation. Nous avons bu tous les vins du domaine, certains sur 6 millésimes et avons sélectionné nos coups de coeur.

Dans les Châteauneuf-du-Pape rouge, le 2014 se boit parfaitement bien pour l’instant : il a la fraicheur des millésimes moins ensoleillés dans le sud. Un côté bourguignon. Nous en avons déjà bu 4 bouteilles depuis fin juillet. A essayer absolument. Le 2016 est un millésime d’anthologie, un vin de garde. Vinous écrivait: "Marcoux produced what might be the finest wines of the appellation in 2016. They are definitely on my very short list of the vintage’s superstars and should be at the top of every Châteauneuf lover’s shopping list”. Le 2017 est moins puissant mais pas moins délicieux. Fruits rouges, épices, garrigue. (Vinous: “Once again, this bottling is, perhaps, the top “basic” Châteauneuf of the year”). Ca donne soif rien que d’y penser.


Le domaine produit aussi, dans les meilleurs millésimes, une cuvée “Vieilles Vignes”, issue de plants de grenache qui ont entre 95 et 110 ans d’âge et élevée entièrement dans des cuves béton. Coutumier des scores à 3 chiffres, nous sommes là sur les plus hauts sommets de l’appellation. Le 2017 est un monument (Vinous: "This wine is a standout of the vintage”). Par contre cette cuvée requière plus de patience, et ne sera problamement pas prête avant 2027. Il n’y aura pas de Vieilles Vignes sur le prochain millésime, 2018.

 

Le Châteauneuf du Pape blanc 2019 est surprenant de fraicheur. Une qualité que Sophie attribue au travail des sols et l’inclusion d’environ un tiers de Bourboulenc à la dominante de Roussanne. La glycerine, les notes de fleurs blanches et la riche texture montrent que nous sommes bien ici dans le sud, mais le palais est surprenant de fraicheur, avec meme une touche saline. Un vin qui se déguste autour d’un repas, parfait pour accompagner un plat du sud. Une certaine forme de snobisme viticole veut que l’on ne boive pas de vin blanc issu du sud du 45ème parallèle. Ce serait là un raccourci très malheureux.


Le domaine produit aussi un Lirac (2018) très distingué. Fait de 40% de Syrah, 40% Mourvèdre et 20% Grenache sur des sols de marne rouge. Grenache et Mourvèdre élevés en cuve béton, Syrah en foudre. Notes de viande grillée, prunes et olives noires. Un mini Châteauneuf à un prix imbattable. Ce que les anglais appellent “un parfait vin de semaine”.

Appellations

Châteauneuf du pape, rouge

Chateauneuf du pape, blanc

Châteauneuf du pape vieilles vignes

Lirac

Prenez contact avec nous pour les disponibilités restantes 

  • Instagram