• Instagram
  • Art et Terroirs

Champagne La Closerie (Jérôme Prévost)

Jérôme Prevost (La Closerie) - 2,0 Hectares


En 1987, Jérôme a 21 ans quand sa maman reçoit les Béguines, et personne, ni même lui, ne l’imagine vigneron. Mais pour échapper à l’école, il décide de s’en occuper. Vendant les raisins pendant une dizaine d’années, il passe rapidement au lycée viticole, « sans rien apprendre », dit-il, délaissant les cours pour boire du champagne. En 1997, il croise le génie d’Anselme Selosse qui lui propose de vinifier Les Béguines dans son chai où il restera jusqu’en 2003. Après, ça se passe dans son garage, à Gueux, un nom prédestiné pour un style qu’il ne renierait pas, puisqu’il est du côté des poètes, ceux qu’il accueille sur la terre pour des odes à la vigne, ou dans son cabinet de curiosité qui lui sert de maison, accumulant figurines et oeuvres d’art microscopiques. Oubliées les habitudes champenoises et les dépenses marketing ou oenologiques. Oubliés les hélicoptères qui trimballent des attachés de presse et les laboratoires stériles. A l’école Selosse, le travail se fait à la vigne, et la vinification doit être fainéante (comprendre simple, puisqu’il y a du boulot pour simplifier comme aurait dit Flaubert), pourquoi          « touiller » les barriques s’il suffit d’ouvrir la porte du chai pour que les vins s’animent en réchauffant et remettent doucement en suspension les lies vivantes, ces artisans du goût. Les vins de Jérôme sont à l’image de leur étiquette : sobre mais le papier est noble et le grain, si l’on y prête attention, est raffiné et suppose la franchise d’un luxe discret.











Les Béguines (base 2017) 70€


Il faut oser un 100% Pinot Meunier, c’est le cépage le plus planté mais rarement vinifié seul. Il faut dire qu’il colle mal avec les (mauvaises) habitudes champenoises lesquelles ne ramassent pas le raisin mûr (ça permet d'augmenter le rendement et puis on corrige avec le sucre). Le Pinot Meunier de Jérome est parfaitement mûr. Dans ces conditions, l’aromatique est explosive et le terroir exprime toute sa palette minérale. 2017 est un millésime de vigneron, comme on dit, difficile mais magnifique pour ceux qui connaissent chaque grappe par leur petit nom, ça tombe bien, Jérôme est un peu plus qu’un vigneron. Le plaisir est immédiat mais quand vous ouvrirez dans 10 ans les bouteilles que vous aurez oublié, vous vous en souviendrez ! Un champagne rare, vivant.









Merci de nous envoyer vos souhaits par mail dès que possible.


Bien cordialement,


Thomas et Lambert